Le Lycée Shoraï est un établissement scolaire pour les êtres surnaturels, un refuge contre les humains. Mais une menace pèse...
Qui que vous soyez, vous aurez votre rôle à jouer...

Déconseillé aux moins de 16 ans ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alors vous êtes Gardienne ? || PV Mélyne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kazuki Tsukiyomie
▽ Vampire Orignel ▽
Gardien au Lycée

avatar


Messages : 600
Points RPG : 6166
Date d'inscription : 29/10/2016
Age joueur : 32

Localisation : Dans les couloirs de Shorai




MessageSujet: Alors vous êtes Gardienne ? || PV Mélyne   17th Janvier 2017, 22:07

「 Vous trouverez votre chemin seule à n'en pas douter mais laissez-moi vous guider le temps de cette soirée, voulez-vous ? 」

Kazuki & Mélyne
« Vu que vous étiez prévu pour la ronde de cette nuit, ça ne vous dérange pas, Kazuki ? »
« En aucun cas. Sinon je vous l’aurais fait savoir, vous me connaissez. »
« Très bien, merci. Je compte sur vous. »

Je raccroche le téléphone doucement. Je ne suis pas du genre à accepter les tâches facilement quand elles ne me plaisent vraiment pas ou quand elle chamboule mon programme. Pour certaines, nous n’avons pas souvent le choix. Mais pour d’autres, si le refus est une option, je fais en sorte de pouvoir la mettre en avant quand je ne suis pas intéressé ou quand mon état ne me le permet pas. A dire vrai, mon état ne me le permet pas. Les récents événements obstruent énormément mes actions ces derniers temps. Si cela reste encore invisible aux yeux des autres, pour moi c’est flagrant. Mais quand il s’agit de mon travail ici, je refuse rarement les demandes. Je ne souhaite en aucun cas aller à l’encontre de cette famille qui a œuvré si longtemps et durement pour mettre en place ce lycée et cette dimension alors mon aide sera toujours offerte en ces lieux. Peu importe sa nature. Et puis ça me fera de la compagnie. Histoire de ne pas trop réfléchir après tout.

Un bâillement significatif m’échappe alors que je reprends place dans mon fauteuil. Être fatigué n’est pas le terme correct. La fatigue, je ne l’ai jamais réellement ressenti. Mais la pression exercée sur mon mental et ma contenance est forte. Ça finit par me toucher quelque part. Fort heureusement, seule la cheminée en face de moi est témoin de cette faiblesse. Ça fait d’ailleurs des heures que je suis assis devant, non pas pour ressentir la chaleur des flammes puisque ceci est impossible mais pour perdre mon regard dans celles-ci et tenter de m’apaiser comme je le peux. Si le téléphone ne m’avait pas sorti de mes rêveries pour m’annoncer un changement dans mon programme de cette nuit, je me serais probablement endormi devant. Mais ce n’est pas le moment. Je soupire discrètement avant de me relever. L’heure tourne et la garde de nuit ne va pas tarder à commencer.

L’horloge sonne le moment de mon départ alors que j’enfile mon manteau. Ce n’est pas ce soir qu’il faut que je me montre en retard. Contrairement à mes rondes habituelles, je suis accompagné cette fois et donner l’image d’une ponctualité défaillante à celui que je dois former n’est pas très représentatif du sérieux de la maison. Celle que je dois former, à vrai dire. Et alors que mon pas me guide hors du domaine des Tsukiyomie pour me rendre au lycée, je me rends compte qu’on m’a donné trop peu d’informations quant à la personne qui m’attend. Juste un point fixe de rendez-vous et un prénom. Sans plus. C’est là que je me rends compte à quel point je suis désorienté ces derniers temps. La première des choses aurait été que je pose un peu plus de questions.

Je sourirais presque à ce manque de concentration de ma part quand j’atteins enfin les lieux. Des lieux qui se font calme au vue de l’heure. Seuls quelques bruits de dernières discussions provenant de derniers élèves retournant à leur chambre mais sinon, c’est le calme complet, les grilles de l’entrée étant fermées maintenant. Je reprends mes esprits rapidement à ce moment précis, remarquant tout de même une présence. Quelqu’un que je n’avais jamais vue et qui attend patiemment devant les grilles. Nulle doute qu’il s’agit là de celle que je dois retrouver. Mais ma surprise est grande. Je ne m’attendais pas à trouver une femme dont la première impression est de dégager autant de... sérénité. Et bien que je me trouve encore à quelques mètres d’elle, je peux aisément remarquer des traits de visage fins et extrêmement doux. Je ne remets pas en cause ces qualificatifs pour le travail demandé car les Gardiens qui fréquentent les couloirs de cet établissement cachent beaucoup en leur intérieur en laissant paraître ce qu’il faut à l’extérieur. Mais disons tout simplement que je ne m’y attendais pas. Une surprise que j’efface bien vite en me dirigeant alors vers ma future collègue pour lui adresser la parole avec un sourire accueillant.

« Bonsoir. Je présume que vous êtes la nouvelle Gardienne ? Mélyne ? »

J’attends de capter entièrement son attention et quand son regard se tourne vers moi, je reprends doucement la parole.

« Je me présente, je m’appelle Kazuki Tsukiyomie. Nous allons faire la ronde de nuit ensembles pour cette fois afin de vous former. Sauf si vous y voyez un inconvénient ? »

J’ai accepté d’apporter mon aide pour former cette jeune femme mais je n’ai jamais accepté de forcer la main à la personne concernée. Après tout, il y a d’autres Gardiens ici alors autant lui laisser le choix.
Alors comme ça, vous voulez devenir Gardien ?

—————————





Kazuki vous charme en darkred
Je suis aussi Nasha - Lilith - Ari'el - Andrea - Ruby - Lorrainah - Blanche - Orion - Jeneva
Mes cadeaux ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Alors vous êtes Gardienne ? || PV Mélyne   18th Janvier 2017, 13:38

Cela faisait maintenant plusieurs jours que j'avait répondu positivement à la lettre de Shorai. En échange ils m'avais renvoyés une seconde lettre avec une heure et un lieu, j'avais aisément devinée que je ne passerais pas ma première nuit seule étant donné que je ne connaissais rien au poste qui m'attendais. Bien que je ne sois pas une grande adepte de l'inconnue commencer par le commencement était une obligation. J'avait profité de la journée pour préparer tout le matériel et les vêtements dont j'aurais besoin pour le soir, organisant au mieux mon arrivée.

Le soir venu, fin prête, je me rendis au lycée, m'arrêtant devant de grandes grilles noires je les observais un instant. Depuis la mort de mon frère je n'avais jamais remis un pied la bas et ce sentiment d'incertitude prenait le pas sur le stress du premier jour. Un pointe de nostalgie perçant mon cœur je les poussais doucement, faisant grincer les gonds avant de les refermer derrière moi. La mort de mon frère n'avait cessée de me ronger jour après jour, me faisant inlassablement culpabiliser, pourtant j'avais maintenant compris que c'était la seule option possible ce jour là. Mais malgré ça tout me semblais s'être passé hier et y repenser faisait naître une grande honte en moi.

J'étais en avance, un toc que j'avais eut le malheur de prendre lorsque j'étais légèrement stressée. Tant pis je n'aurais qu'à attendre quelques minutes cela me permettrait de reprendre mes esprits et de me calmer. Posant mon regard sur les alentours je souris, si tout avait été refait, rien n'avait réellement changé, malgré tout j'étais heureuse de voir ce lieu reconstruit se dressant majestueusement face à moi. J'avançais un peu avant de fermer les yeux, laissant mes angoisses m'abandonner pendant que l'air frais venait caresser ma peau pourtant si insensible. J'ouvris doucement les yeux, quand je sentis une présence, légère et qui ne me sembla aucunement menaçante. Je laissais mon regard divaguer parmi les ténèbres. Bien vite la silhouette que je cherchais se dessina sous mes yeux.

Comme à mon habitude je lui sourit chaleureusement tout en l'observant, un homme d'une carrure non négligeable approchait, il me sembla alors agréable et sur de lui. Néanmoins quelques choses chez lui me chiffonna quelques choses que j'étais incapable de comprendre, dans l'impossibilité de poser le doigt sur cette chose j'en fis abstraction. Mon instinct aussi bon soit-il m'avais trompée à de nombreuses reprises et tant que je ne sentait pas de menace émanant de lui tout irait pour le mieux. Malgré son air mystérieux il avait l'air chaleureux. Maintenant qu'il se tenait près de moi je me rendis compte de sa taille plutôt imposante, si j'étais considérée comme une femme légèrement plus grande que la moyenne, lui me surplombais aisément.

Alors qu'il parlait je vins à la rencontre de son regard, écoutant ce qu'il avait à me dire. Son nom de famille me fit immédiatement tiquer. « Tsukiyomie », cette famille était la créatrice de l'école et celle à qui ma famille avait causée du tord, je ne pouvais en retour qu'incliner légèrement la tête en signe de respect.

- Vous présumez bien, Je suis Mélyne. Je me stoppais net choisissant finalement de ne pas lui révéler mon nom de famille. Ce dernier avait été tâché par les actes de Morgan et beaucoup de ma race jugeait trop vite, me pensant de la même trempe que lui. Redressant la tête je souris à nouveau à son attention.

- Je suis enchantée de faire la connaissance d'un membre de la famille Tsukiyomie, Kazuki. Dis-je avec un respect égal à celui qu'il m'offrait. Je n'y vois aucun inconvénient, bien au contraire, le poste de gardienne possède certainement encore bien des secrets pour moi.

Reprenant un air plus neutre mais toujours aussi doux, j'attendis patiemment que nous nous mettions en marche.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Tsukiyomie
▽ Vampire Orignel ▽
Gardien au Lycée

avatar


Messages : 600
Points RPG : 6166
Date d'inscription : 29/10/2016
Age joueur : 32

Localisation : Dans les couloirs de Shorai




MessageSujet: Re: Alors vous êtes Gardienne ? || PV Mélyne   22nd Janvier 2017, 15:09

「 Vous trouverez votre chemin seule à n'en pas douter mais laissez-moi vous guider le temps de cette soirée, voulez-vous ? 」

Kazuki & Mélyne
C’est encore plus surprenant de constater cette candeur quand je m’approche au plus près pour entamer la conversation avec Mélyne. Je n’ai en aucun droit d’émettre des jugements sur les recrutements ici. Ce n’est pas mon travail et ma mère est bien assez qualifiée pour juger de qui peut avoir le poste de Gardien. Mais bien que je ne sois pas porté sur la critique, je ne peux pas m’empêcher de penser quelques instants à cet étrange mélange entre la fermeté de ce que nous devons représenter et la douceur qui émane de cette femme. C’est si contradictoire que c’est bien la première fois que ce détail me saute aux yeux et me ferait presque remettre en cause le choix de Mafuyu. Mais les apparences sont souvent trompeuses, à ce qu’il parait. Mais je jugerai de tous ces aspects bien assez vite. J’espère juste ne pas avoir à satisfaire mon doute en prenant des initiatives assez catégoriques.

J’oublie assez vite cet élément pour le moment. Ce n’est pas en cet instant qu’il faut que je dévie du sujet et surtout, que j’ignore ma collègue de cette nuit. Sa voix me ramène d’ailleurs bien vite sur le droit chemin ainsi qu’un autre détail. Infime détail mais mon œil curieux ne peut passer à côté de cette petite courbure, signe de respect à n’en pas douter. Je suis surpris d’une telle considération l’espace de quelques secondes avant de comprendre bien vite la situation. Peut-être n’aurais-je pas du donner mon nom de famille tout de suite. Voilà un acte qui risque de bien crisper notre jeune recrue pour le reste de la soirée. Je rigole presque maintenant devant la délicatesse de la situation.

« Je suis également ravi de faire votre connaissance. Mais détendez-vous, Mélyne. Je ne suis pas là pour vous manger mais vous former. »

J’invite alors la jeune femme à passer devant moi pour entamer la marche en lui affichant un sourire qui se veut rassurant, la suivant de très près pour rejoindre son niveau afin de la diriger dans la cours du Lycée.

« Ce n’est pas très compliqué en soi. De la surveillance et un peu de fermeté face aux élèves récalcitrants. Rien de plus simple. Du moins je suppose que si vous êtes là, c’est que ça ne vous effraie pas, n’est-ce pas ? »

Cette réponse sort naturellement. Sans réel sous-entendu même si ça peut s’imaginer quant à sa condition qui semble fragile. Mais je ne pensais pas à tendre un piège. Loin de là. En réalité, mon attention se porte sur un tout autre détail, bien plus intéressant à mes yeux. Cet effluve dégagé alors qu’elle est passée devant moi ne m’est pas inconnu... Je souris en imaginant bien la nature de cette chère Mélyne. Je ne m’attarde pas plus pour le moment mais je prends bien soin de camoufler totalement mon aura d’Originel pour cette fois. Histoire de passer inaperçu tant que je ne suis sûr de rien. Je ne perds pas plus de temps que ça dans la cours du bâtiment. De toute évidence, il est facile de voir l’envergure des lieux. Je désigne juste les parcelles principales que nous iront voir de toute manière.

« Je vais vous faire visiter les lieux avant toute chose. »

Je prends alors le chemin de la Roseraie. Le lieu où bon nombre d’élèves aiment à se promener après les heures autorisées. Le mieux serait de prendre un de ces derniers sur le fait. Rien de mieux que l’action même pour apprendre tout de suite. Mais pour le moment, l’endroit semble bien calme. Je pose alors mon regard sur ma collègue, me décidant à fouiller un peu plus cette femme et percer un peu le mystère qui l’entoure. Histoire de faire connaissance. Après tout, nous serons amenés à nous voir très souvent.

« Je peux me permettre de vous demander pourquoi vous avez voulu être Gardienne ici ? »
Alors comme ça, vous voulez devenir Gardien ?

—————————





Kazuki vous charme en darkred
Je suis aussi Nasha - Lilith - Ari'el - Andrea - Ruby - Lorrainah - Blanche - Orion - Jeneva
Mes cadeaux ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Alors vous êtes Gardienne ? || PV Mélyne   22nd Janvier 2017, 19:14

Alors vous êtes Gardienne ?
Feat Kazuki Tsukiyomie
Le jeune homme me répondit par la positive et je ne pus que lui offrir un sourire en retour. J'étais angoissée certes mais cela n'avait aucun rapport avec lui. Juste son nom de famille. Je ne cessais de le retourner en boucle dans mon esprit me demandant un instant ce que j'avais bien pu faire pour que le ciel m'envoie l'un des membres de cette famille. L'espace de quelques secondes j'avais levée les yeux vers le ciel avec l'espoir d'obtenir une réponse qui bien sur ne vint pas.

- Je le sais bien, mais les premiers jours sont toujours les plus stressants.

Je lui adressais ces quelques mots en souriant essayant de brouiller les pistes si il venait à me soupçonner, ce dont je doutais tout de même. Quand il me fit signe d'avancer je ne me fis pas prier et passais devant lui, prenant la tête de la marche avant qu'il ne me rattrape. Discrètement je l'observais en coin. Peut être étais-ce ses cheveux ou encore cette démarche très digne qu'il arborait mais j'avais l'impression qu'un brouillard de mystère l'entourait, qu'il cachait bien des choses que je ne serais en mesure de découvrir que s'il me les confiait. Sa voix me ramena bien vite à son visage, l'observant franchement cette fois, profitant de cet instant pour détailler un peu mieux son minois.

- Non effectivement cela ne m'effraie pas. Je lui souris. Je cache bien plus de surprise qu'il n'y paraît. Cette remarque ne me vexais nullement, depuis la centaine d'année que j'avais je l'entendais certaines fois de façon désobligeante ou d'autre fois comme celle-ci et j'avais appris à ne plus être outrée par ces remarques mais à en faire un atout. Lequel de mes adversaires serait capable de deviner ce qui se cache sous ce grand corps fin ? Aucun.

Je continuais alors de le suivre simplement écoutant ses explications, suivant la direction qu'il m'indiquait quand il me présenta les lieux. Lieux que je ne connaissais que trop bien malheureusement, j'aurais tant aimée les découvrir aujourd'hui pour la première fois.

- Bien. Je feins simplement de ne pas connaître l'endroit, hochant la tête à chacune de ses indications. Bien vite je devine l'endroit où il me mène. La roseraie. J'aime cet endroit. La dernière fois que je l'avais vu les plantes étaient encore en cours de plantations et le lieux n'était pas complètement réaménagé. Sans que je puisse m'en empêcher un sentiment d'impatience m'envahis et j'affichais un sourire trahissant mon émotion. Puis réalisant mon erreur je chassais rapidement ce stupide sourire de mon visage pour reprendre un air plus neutre, plus détaché face à ce lieu qui renfermait malgré son jeune âge une partie importante de ma vie.  

Quand enfin nous pénétrions dans le lieu je ne pus retenir un sourire que je pourrais simplement justifier par la beauté du lieu. De nombreuses fleurs magnifiquement disposée poussé ça et là, les arbres s'étendant à perte de vue. Ce lieu si délabré à l'époque c'était transformé en véritable sanctuaire de magnificence. La voix du brun me parvint alors, me sortant de mes rêveries.

- Bien sur. Je me tournais vers lui pour lui faire face, posant mes iris dans les siennes, les détaillants. Du marron virant presque au rouge, une couleur peu commune. Je n'ai jamais voulu être Gardienne, je n'y avais même jamais pensée pour vous dire la vérité. Mais il y a quelques temps de cela j'ai reçu une lettre de Mademoiselle Tsukiyomie me quémandant de venir prendre le poste de Gardienne. Je lui adressais alors un regard doux pendant que mes traits s'étirait de part et d'autre de mon visage. Je ne pouvais bien sur pas refuser une telle demande et le poste convient parfaitement à mes compétences. Et si ce n'est pour mes compétences alors je ne sais pourquoi elle m'a contactée. Je détournais le regard au moment ou j'entendis un chant caractéristique. Un moineau, tout petit venait de se poser dans les arbres non loin de nous. M'approchant du petit animal je le fis fuir d'un geste de la main.

- Veuillez me pardonner, ce petit oiseau est avec moi. Et s'il n'est pas du genre obéissant il n'en reste pas moins... Collant. Je ris doucement avant de me baisser face à un bosquet de roses rouges. J'adorais ces fleurs, tellement de significations se cachait derrières elles.

- Et vous Kazuki, cela fait longtemps que vous êtes gardien ? Même s'il n'y paraissait pas j'étais plus qu'intriguée par ce personnage mystérieux, fier et qui me semblait bien caractériel. Tendant les doigts je caressais les pétales, oubliant un instant la raison de ma venu, cette couleur me renvoyant douloureusement aux cheveux rougeoyant de Morgan. - Connaissez vous la différence entre l'amour et l'appréciation ?  Non il ne l'a connaissais certainement pas et je ne pouvais pas l'en blâmer. Je me redressais. - Quand vous appréciez une fleur vous la cueillez tout simplement mais lorsque vous l'aimez vous en prenez soin chaque jour. Certain dirons que je suis mielleuse et ils auront raison néanmoins cette partie faisait partie de moi et je ne pouvais la renier. Mais cette phrase me ramenait toujours à mon affection envers lui.

Je me tournais alors pour revenir me placer en face du jeune homme, attendant de voir s'il avait d'autre questions. Du regard je l’incitais à continuer, à ne pas se gêner.
FICHE PAR DITA EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki Tsukiyomie
▽ Vampire Orignel ▽
Gardien au Lycée

avatar


Messages : 600
Points RPG : 6166
Date d'inscription : 29/10/2016
Age joueur : 32

Localisation : Dans les couloirs de Shorai




MessageSujet: Re: Alors vous êtes Gardienne ? || PV Mélyne   24th Janvier 2017, 17:12

「 Vous trouverez votre chemin seule à n'en pas douter mais laissez-moi vous guider le temps de cette soirée, voulez-vous ? 」

Kazuki & Mélyne
Au moins, les choses sont mises à plat. Ce serait dommage de partir sur une première expérience sur le terrain tout en restant crispée à cause d’un nom. Surtout qu’en cet instant, ce n’est pas ça qui doit importer mes les capacités de cette Mélyne. Je suis d’ailleurs ravi d’entendre de sa bouche que la remise en place n’est en rien un problème pour elle. Et encore plus quand elle me fait comprendre que son apparence de poupée cache bien plus qu’il n’y parait. Tant mieux pour elle car ce n’est pas à moi que ça posera problème si jamais il s’avère que ce n’est pas le cas.

Je continue alors mes pérégrinations dans l’enceinte du Lycée, atteignant bien vite la Roseraie, suivie de ma collègue qui se montre très attentive. Ou presque. J’aurais pu m’arrêter sur ce sourire si singulier mais après tout, peut-être que les lieux lui sont plaisants. Et encore, une fois, ce détail est bien loin quand je constate que depuis tout à l’heure, mes sens ne me trompent pas. L’effluve qui suit cette demoiselle ne change pas. Il devient de plus en plus perceptible à chaque pas qu’elle fait auprès de moi. A n’en plus douter maintenant, je sais ce qui se tient à mes côtés. Raison de plus pour camoufler ne serait-ce qu’encore plus les traces de ma nature.

C’est alors que j’obtiens réponse à ma question. J’écoute le moindre de ses mots en prenant la peine de la détailler tout aussi bien qu’elle est entrain de le faire. Des yeux aussi immobiles dont les pupilles se tiennent avec fermeté. Tout ce qui traduit une énigme parfaite en réalité. Intéressant. Je réfléchis encore à ce que Mafuyu aurait pu trouver de plausible en cette femme pour lui offrir ce poste. Plus elle s’exprime, moins je suis convaincu. Encore moins avec l’arrivée de ce moineau et des réactions de sa propriétaire. Non pas que ça me gêne mais tout semble si... décalé.

« Si cet oiseau ne vous obéit pas mais reste auprès de vous, c’est qu’il doit y avoir une raison. Alors ne le chassez pas. »

Je n’en reste pas moins sincèrement poli et compréhensif. J’essaie juste de comprendre quelque chose qui semble m’échapper.

« Et vous Kazuki, cela fait longtemps que vous êtes gardien ? »
« Non pas vraiment. Une petite année, tout au plus. »

J’aurais pu converser plus longtemps sur mon sujet, le pourquoi de si peu de temps au sein du Lycée alors que ma famille même est à l’origine du lieu. Mais premièrement, en temps normal, je ne suis pas là pour ça et mon passé n’est pas à révéler à la légère. Le but est de tout de même avancer dans la découverte du métier qui attend Mélyne. Et d’autre part, je n’ai pas réellement le temps d’envisager de continuer mes explications que me voilà déjà pris au dépourvu par une interrogation qui, je dois bien l’avouer, me laisse perplexe. Je me tourne d’ailleurs vers la jeune femme en esquissant un regard des plus surpris. Surprise engendrée par sa question qui n’a, pour ma part, rien à voir avec la situation. Sauf si elle développe une passion pour les végétaux mais le sujet est si vivement amené que je doute qu’il ne s’agisse que de ça. Je m’attendais plus à un interrogatoire d’une personne stressée de prendre son poste.

« Quand vous appréciez une fleur vous la cueillez tout simplement mais lorsque vous l'aimez vous en prenez soin chaque jour. »

Je suis hébété devant cette attitude si soudaine. Mais malgré tout, je reste neutre, je ne juge en rien mais par contre, je suis maintenant persuadé qu’il y a bien là, derrière ces mots, un non dit qui manifestement, la torture, même si j’ignore totalement les causes. J’attends de la voir me faire face à nouveau pour continuer l’échange dans son sens.

« Est-ce votre façon de me dire que vous aimez les fleurs ? Ou bien que quelque chose vous taraude et que ces fleurs vous font revivre des moments passés... »

J’observe les traits de Mélyne pour y déceler la moindre réaction face à ces mots. Je ne sais pas si je touche là quelque chose ou si je suis en plein milieu de pures spéculations sans fondement mais je doute fortement me tromper sur l’absence d’un point crucial quelque part.

« Laissez-moi vous donner un conseil, mademoiselle. Lors de vos rondes, n’oubliez pas de laisser vos préoccupations chez vous, si vous en avez... Au risque de vous voir dépassée, croyez-moi. »

Mon ton n’est absolument pas ferme ou moralisateur. J’adresse d’ailleurs ces mots à Mélyne avec une amabilité déconcertante, presque anormale. Peut-être la curiosité quant à ce qui aurait pu dégager ce sujet de conversation inattendu m’amène justement à me comporter de la sorte. Mais le conseil en soi est bien réel. Pour vivre en ces jours des moments relativement difficiles en ce qui concerne ma famille, je ne peux que l’encourager à ne pas se perdre dans l’accablement dans les moments où elle est à la vue de tous. J’abandonne ce sujet, n’insistant que peu sur une affaire dont je ne connais ni les fonds ni même l’assurance d’une existence, et j’invite la Gardienne à quitter les lieux et me suivre. Peut-être ne vaut-il mieux pas rester ici.

« Il semblerait que les lieux soient calmes, inutile de s’attarder ici. Néanmoins, je vous informe que la Roseraie est le lieu préféré des élèves. Il y a souvent de quoi occuper vos surveillances ici. Avec le toit. »

Toit que j’indique du doigt, très visible de là où nous sommes, avant de poursuivre vers l’intérieur du bâtiment pour justement gagner le toit et ainsi vérifier s’il est occupé ou non.

« Alors si je comprends bien ce que vous m’avez dit, il semblerait que ma mère voit en vous des compétences favorables pour ce poste. Elle devait bien vous connaitre pour directement se baser sur vous. »

Autrement dit, peut-être se connaissaient-elles avant ce qui serait fortement probable.
Alors comme ça, vous voulez devenir Gardien ?

—————————





Kazuki vous charme en darkred
Je suis aussi Nasha - Lilith - Ari'el - Andrea - Ruby - Lorrainah - Blanche - Orion - Jeneva
Mes cadeaux ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Alors vous êtes Gardienne ? || PV Mélyne   25th Janvier 2017, 21:26

Alors vous êtes Gardienne ?
Feat Kazuki Tsukiyomie
Je souriais doucement à Kazuki tout en l'écoutant. Je pouvais sentir qu'il doutait de moi, dans sa façon de me parler, de me regarder mais je savais ce dont j'étais capable et le regard d'un homme aussi puissant soit-il ne changerait rien à ce que je suis.

« Est-ce votre façon de me dire que vous aimez les fleurs ? Ou bien que quelque chose vous taraude et que ces fleurs vous font revivre des moments passés... »

J'aurais du me douter que mes dernières paroles amèneraient ce genre de questions. Prise au dépourvu je laisse mon esprit carburer pour lui répondre quelque chose de plausible sans que cela passe pour un réel mensonge. Je n'aime pas mentir. Malheureusement cette fois, je n'ai pas vraiment le choix. Il est hors de question que Kazuki découvre la vérité. J'avais mis toutes mes forces à l’œuvre afin de ne perdre ni ma contenance, ni trop de temps et bien sur sans déroger de trop à mes principes.

- J'aime beaucoup les roses.

En soit ce n'était absolument pas un mensonge, j'aimais réellement ces fleurs. Mais répondre que oui ces roses me rappelaient quelqu'un n'aurait eut comme effet que de créer de nouvelles questions et lui donner envie de creuser un peu plus dans mon passé. Ce qui en soit n'est pas compliqué, il lui suffirait de se rendre à la bibliothèque ou pis encore chez Mafuyu pour avoir la réponse à sa question.

- Au sujet du petit oiseau que vous avez aperçu. Je le surnomme Hikui et je puis vous assurer qu'il n'avait rien à faire ici c'est bien trop dangereux,  il le sait très bien d'ailleurs. Autant détourner le sujet de conversation... Je vois,  vous êtes un « jeune » gardien si j'ose dire. Cela n'avait rien de provocateur même si ça pouvait en donner l'impression, juste une taquinerie tout au plus.

« Laissez-moi vous donner un conseil, mademoiselle. Lors de vos rondes, n’oubliez pas de laisser vos préoccupations chez vous, si vous en avez... Au risque de vous voir dépassée, croyez-moi. »

Son ton à beau être doux et aimable, cela me conforte dans l'idée qu'il ne croit pas en mes compétences. Mais je sais certainement aussi bien que lui ce qui se cache dans la pénombre de cette école et le danger qui nous guette à chaque instant. Je suis certainement loin d'être la plus puissante des vampires néanmoins le temps m'a permit d'apprendre beaucoup de choses et principalement à faire abstraction des problèmes et sentiment quand l'heure est venu.

- Ne doutez pas Kazuki, je sais quand laisser mes problèmes et ils ne viendront pas interférer dans mon travail. Empruntant le même ton que lui je restais tout de même plus douce appréciant d'ailleurs sa douceur qui se mêlait facilement à son autorité naturelle. Ces quelques mots échangés il m'invite à changer de lieu et c'est sans sourcilier que je m’exécute.

Plus j'avance plus les lieux me semblent familier comme si depuis 3 ans je n'avais réellement cessée d'aller et venir dans ces lieux. Si l'image de Morgan me laisse en paix quelques instant, la curiosité vient elle me titiller quand à mon interlocuteur. Oui j'avais rapidement oubliée mes interrogations à son sujet mais voilà que je m'y replongeais quand nous marchions. Ce qui me sembla terriblement anormal c'est qu'il ne dégageait aucune odeur détectable. Pourquoi ? Chaque être vivant qu'il soit vampire, humain, succube ou autre avait une odeur propre à lui même ainsi qu'à sa race... Mais lui... Rien. J'avais tourné et retourné le problème dans tout les sens aucune solution ne me venait et il y avait bien des races que je n'avais jamais rencontré... Peut être étais-ce pour ça que je ne comprenais pas.. Bien vite ses paroles me tirèrent pour la énième fois de mes songes et je penchais délicatement la tête vers lui avant de m'arrêter, surprise.  

- Oh vous êtes le fils de Mafuyu ? Si j'avais pensée que le ciel voulait me punir pour une quelconque faute, je pensais maintenant qu'il voulait clairement me faire la peau. M'envoyer le fils de la matriarche de la famille à qui la mienne avait fait affront... Je pinçais légèrement les lèvres avant de prendre une grande inspiration, tentant de passer outre se... « léger » détail. - Je ne connais pas votre mère et ne l'ai même jamais rencontrée. Mes compétences sont simplement reconnu depuis maintenant de nombreuses années. Elle à du en avoir vent. Reprenant la marche je continuais. - Vous savez, bien des races sont dotées de pouvoirs magiques. Nombreux sont ceux qui en possède. Et ils sont d'une diversité impressionnante mais il y a des êtres, bien plus simple, qui naissent sans. Certains en sont triste et d'autres, comme moi, en font une force et développe d'autres talents.

Oui, au grand damne de mes parents je n'avais aucun pouvoir si ce n'est ceux que possèdent les miens. Force, agilité, guérison rapide est bien d'autre qualités. Petite, cela m'avait toujours peinée, surtout quand Morgan à mon grand désarroi, en avait possédé. Je m'étais même pris plusieurs fois à me demander si être sa jumelle n'avait pas été la cause de mon absence de magie et de mon physique si fragile. Néanmoins le temps était passé et je m'étais maintenant faites à cette idée, c'était même devenue une fierté. Peu de femme savait manier autant d'armes et avec autant de dextérité.

- Et vous Kazuki, comment êtes vous devenue Gardien ? Du peu d'écho que j'ai eu au sujet de votre mère je doute que ce ne soit que par lien familiaux que vous êtes devenu Gardien. Quels sont vos compétences ? Si ce n'est pas indiscret bien sur.

Peut être avais-je été trop familière... Mais ma curiosité à son sujet ne cessait de grandir pour je ne sais quelle raison et en savoir un peu plus sur lui me plaisait. Attendant sa réponse je continuais de marcher tout en lui souriant chaleureusement.  
 
FICHE PAR DITA EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Siel Tsukiyomie
ϟ CHEF ADMINISTRATEUR ϟ
Gardien & Immortel du sable

avatar


Messages : 1899
Points RPG : 12127
Date d'inscription : 22/07/2016



MessageSujet: Re: Alors vous êtes Gardienne ? || PV Mélyne   4th Février 2017, 20:09

RP clôturé sous demande d'un des membres, j'archive

—————————


Thèmes de Siel



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
 
Alors vous êtes Gardienne ? || PV Mélyne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vidéo flippante, alors vous en pensez quoi?
» je cherche gardienne a chicoutimi
» que pensez vous de ces sourcils ?
» Vous souvenez-vous de vos quarts à la coupée ?
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Shorai  :: Rp's abandonnés-
Sauter vers: